Loading...

Blog

Etre un Leader en conditions extrêmes

leader conditions extremes

J’ai eu l’opportunité, dans le cadre de l’ANDRH Côte d’Or, de participer à la conférence donnée par Sandrine Guyot chez iBP (Filiale Informatique des Banques Populaires) lors de leur séminaire de rentrée.

Sandrine Guyot, pilote de chasse, a été en 2010 la Première Femme« Leader de la Patrouille de France ». Après nous avoir embarqués avec elle à bord d’un AlphaJetpour une séance virtuelle de vol, où exercices de Visualisation et répétition des Gestes étaient au rendez-vous – à la manière des sportifs de haut niveau – elle a partagé avec nous son expérience de Leader d’équipe évoluant dans des conditions extrêmes.

L’Homme, dans un « escadron de vol », n’évolue pas dans un milieu qui lui est « naturel » : les contraintes physiques et psychiques sont très fortes. Comment exercer son Leadership dans un environnement où le Droit à l’Erreur se résume à une question de Vie ou de Mort, pour Soi mais aussi pour les Autres ? Dans un tel contexte, où Rien n’est jamais acquis, quelles sont les composantes du Succès ?

La Patrouille de France : un Leadership de Haut Vol !

leader conditions extremes

Pour rappeler quelques éléments de contexte, l’équipe de la Patrouille de France est composée de 8 pilotes et d’une soixantaine de personnel technique et support. Le Pilote qui est recruté pour prendre le Leadership de la Patrouille l’est pour une année seulement : 6 mois d’entrainement environ puis 6 mois de représentations publiques partout dans le monde. Il s’agit donc d’un Leadership temporaire.

Dans cette équipe nouvellement créée, Sandrine Guyot a souligné l’importance des Valeurs. Elles sont le « ciment » d’une équipe qui évolue ensemble pendant une année complète en quasi « huit clos ». Cet engagement est très prenant et laisse peu de place en effet à la vie de famille … C’est une « Nouvelle Famille » qui se recréé où l’Engagement & le Sens du Collectif sont à la fois des préalables, des conditions de succès et des nécessités. La Confiance totale s’illustre bien lors des acrobaties aériennes : par exemple, quand deux avions se croisent, le second solo est aux ordres du premier pour éviter la collision. Confiance absolue.

Cette abnégation totale ne pourrait être acceptée sans Vision commune partagée et sans trouver du Sens à cet engagement. Représenter l’Excellence de l’Aviation Militaire Française à l’Etranger est une fierté.

De manière opérationnelle, l’aptitude à « prendre la bonne décision » est fondamentale : « on y va » ou « on y va pas ». Les conditions extérieures doivent être analysées avec justesse : la Vie d’Hommes est en jeu. Et ce, même dans le cadre de pressions politiques et/ou diplomatiques lors de Meetings extérieurs … « Savoir pourquoi on fait les choses aide à surmonter les difficultés » souligne Sandrine Guyot.

La capacité à gérer ses propres émotions est une autre compétence essentielle. Je milite depuis de nombreuses années pour que les Dirigeants/DRH s’intéressent à l’Intelligence Emotionnelle. La Valeur-Ajoutée que l’on peut générer à développer son Quotient émotionnel prend tout son sens dans un métier « sous haute tension », tant pour Soi que pour les Autres.

Dans tel contexte, la sélection et la formation de futures recrues, et en particulier celle du Leader, relèvent d’un Challenge à haut risque. Une erreur de casting serait compliquée à gérer, car ce serait du temps d’entrainement en moins … Lors du processus de sélection, au-delà de l’excellence « technique » bien évidemment recherchée, une attention / un focus est porté sur la capacité à travailler ensemble. Se mettre au service d’un projet collectif permet de construire la confiance nécessaire au quotidien. Un véritable parcours d’intégration est suivi, avec un fonctionnement en binôme, permettant de développer compétences et respect du travail des uns et des autres : chacun (Mécaniciens, pilotes, communicants …) a son rôle à jouer, et la Bienveillance est une Règle d’Or. Cette curiosité et cette ouverture d’esprit sont des Qualités indispensables si l’on souhaite intégrer l’équipe. Tout le processus de recrutement et d’accompagnement se focalise sur les deux piliers du Leadership : Responsabilisation & Communication.

Sandrine Guyot a, par ailleurs, insisté sur la posture de Reconnaissance. Si, par nature, le Pilote, et à fortiori le Leader, est celui qui va naturellement (et protocolairement) « capter la Lumière » et recevoir les éloges, il y a nécessité à savoir « redistribuer les lauriers » aux travailleurs de l’ombre. Encore une fois, le Sens du Collectif prime sur les querelles d’égo. Le Leader qui joue pleinement son rôle sera capable d’initier et maintenir dans le temps une logique de Reconnaissance forte.

Les pratiques de Communication au sein de la Patrouille de France sont également riches d’enseignement. Développer un Esprit « participatif » est bien plus qu’un effet de mode : il s’agit également d’un mode de régulation. Chacun doit pouvoir contribuer à la réussite collective. C’est aussi le pari que chaque membre de l’équipe est générateur de plus-value, et non pas seulement le Leader. On communique avant et après le vol : il y a le temps de l’échange en amont de l’action dans une logique de préparation, et le temps de l’échange en aval de l’action dans une logique de débriefing (Cela me fait inévitablement penser aux dérives de la réunionnite dans nos organisations et de la culture de ce que j’appelle la « négociation permanente » où le débat se poursuit inefficacement dans le temps de l’action).

Sandrine Guyot nous explique que « la préparation et l’anticipation » garantit 80% de succès du vol. Si l’on comprend aisément que l’improvisation n’a pas sa place, cette pratique permet aux pilotes d’être en mesure d’être beaucoup plus agiles face aux imprévus inévitables. C’est comme si de « l’espace était libéré sur le disque dur du cerveau » laissant la place à davantage de réactivité. En vol, le pilote est vite saturé psychologiquement : le seul moyen d’y arriver est de se préparer. On retrouve là tout le sens de l’adage militaire : « Entrainement difficile, guerre facile ».

De manière concrète, le briefing préparatoire est processé autour de 5 étapes : une Overview (Vue d’ensemble / Prise de recul), un rappel des objectifs, le « Whatif » (Diminutif de What to do if, permettant de réfléchir aux risques potentiels, et permettant ainsi un ancrage rassurant), le point Sécurité et un jeu de Questions / Réponses. Le débriefing post-vol, lui, s’articule autour de la Sécurité et de la Performance, en donnant la parole aux équipiers. L’enjeu, ici, est d’avoir la capacité à revenir sur ses propres erreurs. Le Leader doit savoir reconnaître ses erreurs et faire preuve d’humilité.

Le dernier élément partagé en matière d’exercice managérial est la pratique des « rituels ». Il existe de nombreuses « traditions » qui permettent de décompresser et de renforcer le sentiment d’appartenance. Antoine de Saint Exupéry l’avait exprimé à sa manière : « La Grandeur d’un métier est peut-être, avant tout, d’unir les Hommes », mettant en avant la Force du Lien.

Quelles leçons en tirer en Management de la Performance, Leadership et Pratiques RH ?

leader conditions extremes

Je vous propose quelques réflexions complémentaires personnelles sur l’opportunité d’un transfert de ce modèle au sein de nos organisations.

Expérimenter le Leadership temporaire

Dans nos organisations, pourquoi ne pas développer un « Leadership tournant » au sein d’une équipe ? Les avantages d’une telle pratique sont nombreux : ne pas « user les ressources » et éviter les BurnOut, générer du mouvement et donc un accroissement du niveau d’énergie, éviter les baronnies, améliorer la compréhension de l’organisation (Logique de « vis ma vie »), donner l’opportunité à chacun de se développer, préparer des back up opérationnels, révéler les talents …

Mettre le Sens au cœur des réflexions organisationnelles

Plutôt que d’impulser des dynamiques de transformations organisationnelles sur la base de critères de productivité, de proximité Clients, d’optimisation des tâches, pourquoi ne pas développer un « angle d’attaque » centré sur la question du Sens. Délaissons un peu les approches trop rationnelles et prétendument scientifiques en matière de Change Management pour se concentrer sur le facteur Humain via l’Expérience Salarié. Comment organiser les missions et rôles de chacun pour s’assurer que, après X heures de travail, X années de carrières, X changements et décisions … le Sens demeure pour chacun de collaborateurs ?

Intégrer dans la décision de Recrutement la capacité à adhérer à un projet collectif

Si le Savoir et Savoir-Faire peut facilement s’apprendre au sein de l’entreprise, ce n’est pas le cas de l’Attitude et du Mindset.

« L’As des As »

leader conditions extremes

Et pour terminer ce partage, un petit clin d’œil à celui qui ai reconnu encore aujourd’hui comme une légende de l’aviation : Georges Guynemer.Ce pilote de guerre français, surnommé « L’As des As » et mort à 23 ans pendant la 1ère Guerre Mondiale, est une figure de l’Armée de l’Air qui inspire beaucoup de Pilotes de Chasse encore aujourd’hui. Sa devise : « Faire Face ». N’est-ce pas ce que l’on demande à nos Leaders ?

Il n'y a pas encore de commentaire, soyez le premier à en laisser un !  


sept × 4 =